D'où vient la Tiny ?

La cabane et le rêve

 

Les yourtes, les huttes, les cabanes dans les arbres, sur l’eau, dans le désert… tous ces foyers sont des modèles auprès desquels on revient tout le temps se ressourcer. 

 

Ces images proviennent de notre collection Pinterest

 

La micro-maison constitue la première habitation construite par l’homme. Le premier refuge conçu de nos mains. Un symbole immortel puissant ancré dans nos consciences. Lorsqu’on les visite, on continue de trouver l’ambiance de ces espaces aussi chaleureuse que mystérieuse (comme dirait Perceval : « Les vieux, c’est hyper mystérieux. »).

 

La cabane et la crise

 

 

« Entre 2005 et 2011, l’endettement des ménages a fortement augmenté,

essentiellement du fait de la hausse des crédits à l’habitat. »

Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche (article visible ici)

 

 

" La crise financière mondiale qui a atteint son paroxysme à l’automne 2008

trouve sa source sur le marché immobilier américain "

Information recueillie sur le site de l'Insee (article visible ici)

 

Jay Shafer. « Il y a quelque chose de magique à propos des petits espaces. Ils correspondent à la planque, un abri primitif avec des limites aussi près que possible du corps. »
Jay Shafer. « Il y a quelque chose de magique à propos des petits espaces. Ils correspondent à la planque, un abri primitif avec des limites aussi près que possible du corps. »

 

« Tiny House », en français « Mignonne petite maison », désigne des petites habitations en bois qui sont nées aux États-Unis avec la crise immobilière de 2008. Jay Shafer est probablement l'instigateur de ce mouvement. Lorsqu'il construit sa première Tiny, il écrit un livre, The small house book, pour partager sa découverte. S'en suit alors une vague de constructions du même type aux Etats-Unis, pays voisins, et depuis peu, vous en entendez parler en France !

 

 

 

« Dans une société qui génère de faux besoins, quelle fierté de parvenir à se contenter de peu. »

Jay Shafer, relaté par Mona Sholet (article visible ici)

 

 

 

 

En quelques mois, la Tiny House s'est répandue à travers le monde. États-Unis, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande... Vous trouverez ci-dessous quelques liens vers des exemples de cette nouvelle forme d'habitation.

 

Ces réalisations sont relayées par des sites entièrement dédiés aux Tiny Houses comme par exemple :


Bien moins chère qu'une habitation traditionnelle,  une Tiny apporte tout le confort de la maison moderne, avec en plus la capacité d'être mobile, adaptée pour être montée sur remorque.

Le vrai luxe n'est-il pas d'avoir son temps ? Avec une moyenne de 14m², les corvées d'entretien sont dérisoires, et les ouvertures sur l'extérieur n'en sont que plus belles : on a du temps libre pour se consacrer à ce qui nous plaît vraiment.

 

 

On le sait, la tendance est au mouvement, au zapping. On change de vie rapidement, sans engagement sur le long terme.

Acheter une maison aujourd’hui révèle du sacerdoce, où obtenir un crédit signifie s’endetter sur de nombreuses années, soit s’enchaîner à un bien immobilier dans un monde de plus en plus mobile... 


 

 

 

Avec la Tiny House il est possible de devenir propriétaire de son logement, et ce à moindre coût, avec la possibilité d'emmener son chez-soi n'importe où.

 

 

Et les camping-cars alors ?

 

 

S'il est vrai que les camping-cars et caravanes abondent aux États-Unis, ils sont loin d’avoir été choisis pendant la crise de 2008 pour plusieurs raisons. La Tiny House est construite de la même façon qu’un habitat à ossature bois classique, bien plus résistante aux éléments extérieurs qu’une caravane. Un matériau noble comme le bois, bien isolé, écrase littéralement les performances énergétiques de l’acier et du plastique. C’est une matière vivante et chaleureuse, qui vous fera vous sentir chez vous très rapidement.

 

 

 

 

Vivre en Tiny, c’est une démarche anti-matérialiste instaurée par une génération matérialiste. La mobilité et tout le confort moderne viennent contrer l’idée reçue d’une vie en ascète tout en nous rapprochant incontestablement de la nature.

 

 



Législation française

 

 

Ajouter des roues, même si l’on n’a pas l’intention de se déplacer souvent, cela permet de convertir le statut de l’habitation en chargement. Ainsi, constructible ou non, plus aucun terrain ne nous résiste ! En France, la Tiny House est considérée par la loi comme une remorque homologuée avec un chargement de bois très bien agencé dessus.

 

 

Pour jouer le jeu,  il est donc nécessaire de respecter les quelques règles du « chargement » :

 

La taille

- Ne pas excéder 2,55 mètres de large (Décret n°97-572 du 30 mai 1997), soit la taille de nos bus de ville. Eh oui, sinon nous constituerions un convoi exceptionnel et devrions payer un bon millier d’euros à chaque déplacement.

- Ne pas excéder 4,30m de hauteur, sachant que c'est la hauteur minimale des ponts sur autoroute ! Par précaution, nous avons choisi une hauteur de 4,10m pour notre prototype.

- La longueur n’est en théorie pas limitée.

 

 

Le poids et le permis de conduire

 

Avec un Permis B !

- Depuis le 19 janvier 2013, il est possible de tracter une Tiny House supérieure à 750 kg - avec un simple permis B, à deux conditions :

      - que le véhicule tracteur soit plus lourd que le véhicule tracté ;

      - que le PTRA, soit le PTAC du véhicule tracteur + le PTAC de la remorque n'excède pas 3500 kg.

Une fois ces deux conditions bien en tête, vous pouvez calculer le poids maximum tractable d'après la carte grise de votre véhicule tracteur selon la formule suivante : PTRA - PTAC = poids maximum tractable (plus de détails ici).

 

 

Avec un Permis B96

Avec un PTRA supérieur à 3.5 tonnes et ne dépassant pas 4.250 tonnes, le permis B suffit à condition que le titulaire du permis ait suivi une formation de 7 heures , autrement dit la formation du permis B96 (source : ici).

 

 

Avec un Permis BE

- La Tiny House, ainsi que la remorque habilitée à la porter ne doivent pas excéder 3,5 tonnes pour les détenteurs d’un permis BE, (pour plus de renseignements, c’est ici ).

Il vous faut donc un véhicule capable de tracter jusqu'à 3,5 tonnes, soit qui possède en général un PTRA d'au moins 7 tonnes.
En France, un utilitaire de type Iveco Daily peut convenir à ce genre d'usage. Ou alors, un 4x4 très puissant (attention, beaucoup d'entre eux s’arrêtent à 3,2 t autorisées en charge, il faut bien regarder la carte grise). 

Le plus commode reste encore, si l'on ne souhaite se déplacer que ponctuellement, d'avoir un ami déjà en possession du véhicule et du permis. De plus, celui-ci aura probablement d'avantage d’expérience que vous, n'étant pas un novice.

 

Pas de permis de construire !

- Nous sommes toujours avec cette idée de chargement, aussi en THÉORIE on en fait ce qu'on veut. Mais soyons raisonnables, si la Tiny est nouvelle, les roulottes et les caravanes existent déjà depuis longtemps. Elles nécessitent une autorisation de la mairie au delà de trois mois de stationnement. Le mieux est donc d'être prévenant et en bon terme avec sa mairie.

 


L'allure de nos Tiny

Conception

 

Gros oeuvre

 

Largeur maximale : 2,55m

Hauteur maximale :4,10m

Longueur : 4m à 6,50m

Remorque : double essieux - freinée homologuée

Ossature : Sapin – Section 45x95mm

Bardage : Red Cedar

Isolation : Métisse®

Couverture : Bac Acier

Menuiseries : Double vitrage essence variable

Parquet : Hêtre (essence variable)

Lambris : Épicéa (essence variable)

 

 

Aménagements intérieurs possibles 

 

plomberie, chauffage, électricité, mobilier sur mesure (plan de travail, rangements, mezzanine...),

fournitures (évier, plaques de cuisson, toilettes, douche, éclairage).

 

 


Réalisation

 

1 - Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur

2 - Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur + menuiseries

3 - Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur + menuiseries + isolation intérieure Métisse®

4 - Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur + menuiseries + isolation intérieure Métisse® + électricité + plomberie

5 - Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur + menuiseries + isolation intérieure Métisse® + électricité + plomberie + lambris intérieur

 

6 - CLEFS EN MAIN : Remorque isolée + ossature + toiture + bardage extérieur + menuiseries + isolation intérieure Métisse® + électricité + plomberie + lambris intérieur + agencement intérieur.

 

 

Nos Tiny Houses seront fabriquées dans les Vosges, avec des matières premières issues du marché local. Pouvoir échanger en direct avec nos fournisseurs nous semble primordial pour travailler dans de bonnes conditions. Par ailleurs, la localisation représente une influence déterminante au niveau des empreintes environnementales.


Les énergies pour la Tiny House

L'électricité

 

Comme dans une habitation classique, l'électricité d'une Tiny House fonctionne à l'aide d'un tableau électrique. Le tout peut être relié soit à une batterie, rechargée par exemple par des panneaux solaires, soit raccordé au réseau. Ainsi un chauffe-eau comme un ballon peuvent être installés.

 

Remarque : Pour notre prototype, afin d'alléger notre consommation en électricité, nous avons prévu d'installer des plaques de cuisson au gaz. 

 

 

 

Le type de chauffage

 

 

La Tiny House est un micro-espace, il est donc très facile de la chauffer à moindre coût. Voici une liste non-exhaustive des moyens existants, généralement utilisés pour ce type d'habitat.

 

 

  •  Le poêle à bois, entre 1.5kW et 6kW, est tout indiqué, indépendant de l'électricité et doté d’un pouvoir d’inertie. La chaleur qu’il dégage se retrouve aussi sur le plan esthétique : c'est un bel objet.
    Parfois il permet d’accueillir un plat à faire mijoter, rajoutant au parfum du bois de cheminée celui de la bonne cuisine. Certains opteront pour une cuisinière à bois directement…



  • Le poêle à diesel est probablement le plus répandu sur le marché du micro-habitat, existant au format adapté pour les petites surfaces à un prix généralement inférieur à celui du poêle à bois. Nous émettrons deux réserves cependant : le choix du diesel, dans un habitat où tout a été pensé pour optimiser son bilan énergétique, peut sembler un peu farfelu, surtout à l’heure de la COP21.
    D’autre part, l’odeur caractéristique du diesel n’est pas négligeable dans une Tiny House.

 

 

  •  Si vous êtes raccordés à un réseau domestique, vous pouvez opter pour un chauffage électrique. Attention toutefois de vous assurer que partout où vous irez, vous aurez soit accès à ce réseau, soit une ressource mobile, comme par exemple des panneaux solaires.

 

 


 

Pour le prototype, nous avons choisi d’avoir un poêle à bois 5 kW, le petit Godin 3720a, idéal pour ce type de surface : avec une inertie de plus de 8 heures, nous dormirons sans nous soucier d’avoir au matin des stalactites dans le nez, et ce, même dans les Vosges.

Le type de toilettes

 

  • Après les avoir expérimentées jusqu’en Norvège, laissez-moi faire l’apologie des toilettes sèches :
    Premièrement, pas besoin de se raccorder à un réseau. Deuxièmement, on ne gaspille pas de l’eau claire pour évacuer nos petits besoins ! On utilise de la sciure du bois engendrée lors de la fabrication de la Tiny (on vous réservera un bon gros sac). En plus, cela sent bon le bois, les copeaux couvrant largement les odeurs. Plus besoin de produits d’entretien et de désodorisants chimiques, qui en plus d’être polluants prennent beaucoup trop de place sur les étagères.

    Oui mais…

    Et non, pas de mais ! Votre bac à litière ne sortira pas de son antre pour vous attaquer la nuit, ce n’est pas un monstre qui sommeille. Très peu onéreux, les toilettes sèches génèrent du compost (certes avec votre petite touche personnelle), qu’il vous suffira d’évacuer une fois la semaine, voire moins si vous vivez seul. Ces toilettes sont largement utilisées dans des pays ultra civilisés comme la Suède ou la Norvège. Alors pourquoi pas vous ?

  •  Bien sûr si l’on préfère une évacuation « en direct », rien n’empêche de se raccorder à un réseau sur son terrain. Le poids d'un WC en céramique est plus important que deux panneaux de bois et un sceau, mais cela reste surtout une question de pratique et d'esthétique.



  • Les toilettes chimiques...Que dire, à part les déconseiller ? Toutes les informations sont disponibles ici.
    Pour en citer les grandes lignes, ces toilettes, en céramique à partir de 350€, réclament une vidange très régulière (tous les deux jours pour un modèle de 20L pour une famille de quatre personnes) et qui ne peut se faire que dans des endroits prévus à cet effet, car les produits chimiques sont évidemment polluants.

 

 


Vous l'aurez compris, pour notre prototype, nous avons opté pour des toilettes sèches.

Nous avons fait ce choix pour tous les avantages cités ci-dessus, ainsi que pour la discrétion qu'offre ce meuble en bois, moins connoté, dans la salle d'eau de notre Tiny House.

L'évacuation des eaux

  

Si le plus évident reste encore d'accéder à des terrains reliés au tout-à-l’égout, il existe aujourd'hui des systèmes hors-sol à la fois performants et écologiques pour traiter les eaux grises. Par exemple ce filtre mobile. Bien qu'en France nous soyons un peu en retard, les pays scandinaves ont déjà plusieurs fabricants de ces procédés alternatifs.

  


 

 

Pour remonter en haut de page, utilisez le petit bouton qui s'affiche en bas à droite de votre écran.

 

Pour revenir au menu principal, cliquez sur notre logo.

 

 

Coordonnées

Romain SAUNIER & Pauline FAGUÉ

06 89 65 82 47

Lieu-dit Le Brandeau, 24610

Saint-Méard de Gurçon - Dordogne

Mail : lamaisonquichemine@gmail.com